Know more

Our use of cookies

Cookies are a set of data stored on a user’s device when the user browses a web site. The data is in a file containing an ID number, the name of the server which deposited it and, in some cases, an expiry date. We use cookies to record information about your visit, language of preference, and other parameters on the site in order to optimise your next visit and make the site even more useful to you.

To improve your experience, we use cookies to store certain browsing information and provide secure navigation, and to collect statistics with a view to improve the site’s features. For a complete list of the cookies we use, download “Ghostery”, a free plug-in for browsers which can detect, and, in some cases, block cookies.

Ghostery is available here for free: https://www.ghostery.com/fr/products/

You can also visit the CNIL web site for instructions on how to configure your browser to manage cookie storage on your device.

In the case of third-party advertising cookies, you can also visit the following site: http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, offered by digital advertising professionals within the European Digital Advertising Alliance (EDAA). From the site, you can deny or accept the cookies used by advertising professionals who are members.

It is also possible to block certain third-party cookies directly via publishers:

Cookie type

Means of blocking

Analytical and performance cookies

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Targeted advertising cookies

DoubleClick
Mediarithmics

The following types of cookies may be used on our websites:

Mandatory cookies

Functional cookies

Social media and advertising cookies

These cookies are needed to ensure the proper functioning of the site and cannot be disabled. They help ensure a secure connection and the basic availability of our website.

These cookies allow us to analyse site use in order to measure and optimise performance. They allow us to store your sign-in information and display the different components of our website in a more coherent way.

These cookies are used by advertising agencies such as Google and by social media sites such as LinkedIn and Facebook. Among other things, they allow pages to be shared on social media, the posting of comments, and the publication (on our site or elsewhere) of ads that reflect your centres of interest.

Our EZPublish content management system (CMS) uses CAS and PHP session cookies and the New Relic cookie for monitoring purposes (IP, response times).

These cookies are deleted at the end of the browsing session (when you log off or close your browser window)

Our EZPublish content management system (CMS) uses the XiTi cookie to measure traffic. Our service provider is AT Internet. This company stores data (IPs, date and time of access, length of the visit and pages viewed) for six months.

Our EZPublish content management system (CMS) does not use this type of cookie.

For more information about the cookies we use, contact INRA’s Data Protection Officer by email at cil-dpo@inra.fr or by post at:

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan CEDEX - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal MUSE Supagro 3BCar Labex IM2E

Laboratory of Environmental Biotechnology

Zone de texte éditable et éditée et rééditée

Proposition de doctorat en génie des procédés

Caractérisation et stratégies de mise en mélange (recettage) d’intrants pour l’optimisation de la production de biohydrogène par fermentation à partir de déchets organiques

Contexte

Le développement de technologies de production d’hydrogène vert constitue un enjeu majeur pour répondre aux besoins futurs de la filière mobilité H2 et autres filières de production de gaz verts. En complément des technologies de références d’électrolyse, les procédés biologiques, basés sur la transformation de la matière organique, constituent une solution alternative pour produire de l’H2 avec un faible impact environnemental. Les bioprocédés sont adaptés aux biomasses résiduaires (biodéchets, résidus agricoles, biomasses à vocation énergétique, eaux usées urbaines et agro-industrielles) et permettent donc, en sus de la production d’H2, de traiter et valoriser des sous-produits, ceci contribuant au développement d’une bioéconomie à l’échelle territoriale. Parmi les biotechnologies les plus avancées, la fermentation sombre est un bioprocédé qui met en œuvre des microorganismes pour convertir la biomasse complexe en H2. Elle est associée aux filières de traitement biologique, i.e. la méthanisation, qui ont connu ces dernières années un très fort développement industriel et bénéficient désormais d’un maillage territorial important sur le territoire français. Les procédés de fermentation représentent donc une voie potentielle d’innovation tant en traitement qu’en valorisation de la biomasse organique.

De nos jours, les efforts de recherche en fermentation se concentrent sur le développement de bioprocédés ayant des performances stables malgré la complexité des résidus organiques traités. En effet, au regard de la nature complexe et variable des intrants organiques et de leur impact sur le fonctionnement des microorganismes et du bioprocédé, il est nécessaire d’approfondir nos connaissances sur les interactions existant entre intrants organiques et microorganismes fermentaires, sous contrainte des paramètres opératoires du bioprocédé.

L’objectif de ce projet de thèse consiste à caractériser les ressources mobilisables pour la production de biohydrogène par fermentation afin de s’adapter aux différentes filières de traitement des déchets et d’en estimer leur potentiel en fonction des conditions locales d’approvisionnement. Pour cela, la méthodologie consistera à (i) estimer le potentiel de production d’H2 par fermentation sur différents types de déchets, testé individuellement ou en mélange, et (ii) déterminer les caractéristiques intrinsèques favorables à cette production pour en construire un modèle prédictif de mélange (recettage). Des stratégies de contrôle du procédé par recettage d’intrants pourront alors être élaborées. Une fois optimisées, les performances du bioprocédé seront évaluées à l’échelle pilote dans un environnement industriel simulé de traitement biologique de résidus organiques. Le projet de thèse apportera donc des réponses essentielles sur le potentiel et les limites de l’intégration de procédés de production d’H2 par voie fermentaire sur substrats agricoles et agro-industriels, dans le cadre de filières de traitement/valorisation de déchets organiques.

Programme de thèse

Pour répondre aux objectifs du projet de thèse, le projet de thèse est réparti en 3 phases :

  • Phase 1 : un screening sera réalisé à l’échelle laboratoire afin d’estimer les performances de production d’H2 de différents intrants individuellement ou en mélange afin d’évaluer les effets synergiques ou antagonistes sur les voies de fermentation microbiennes. La caractérisation fine de ces substrats (analyse de spectres IR) permettra d’identifier les caractéristiques favorables à l’activité microbienne de production d’H2. L’influence des conditions opératoires principales sera également évaluée. L’ensemble de ces travaux permettra d’élaborer un modèle prédictif innovant de mélange des intrants (recettage), pour la production de biohydrogène.
  • La phase 2 portera sur l’élaboration de stratégies de contrôle/commande de bioprocédés fermentaires de laboratoire fonctionnant en mode continu, sur la base du modèle préalablement établi. Il s’agira d’étudier la stabilité du procédé fermentaire en faisant varier les mélanges d'intrants et d’évaluer l’impact sur le fonctionnement en continu du procédé. Des stratégies de contrôle/commande basées sur l’adaptation des mélanges d’intrants et sur des réinoculations microbiennes ciblées pourront alors être élaborées afin de garantir la stabilité des performances.
  • Au cours de la phase 3, des expérimentations à l’échelle pilote (10 L-20 L) permettront d’estimer les paramètres influant sur le changement d’échelle dans des conditions d’environnement industriel simulées. Des essais permettront également d’évaluer l’impact de l’intégration d’un procédé de fermentation H2 sur le rendement énergétique global d’une installation de traitement.

Déroulement du doctorat / Compétences

La thèse sera réalisée au Laboratoire de Biotechnologie de L’Environnement (LBE) de l’INRAe de Narbonne (https://www6.montpellier.inrae.fr/narbonne). Le LBE mène des recherches centrées sur le concept de la bioraffinerie environnementale en vue de valoriser les déchets liquides et solides en bioénergie, en biomolécules et en bioproduits. Dans ce cadre, il développe de nombreux travaux de R&D sur la méthanisation et est devenu un des leaders mondiaux dans ce domaine.

Pour mener à bien le projet de thèse, des compétences pluridisciplinaires seront mobilisées, en particulier en génie des bioprocédés (mise en œuvre, suivi et optimisation de bioréacteurs de fermentation H2 et de méthanisation), en écologie microbienne (écoingénierie d’écosystèmes de fermentation, évaluation et optimisation de la robustesse d’écosystèmes microbiens). Les qualités/compétences également attendues sont : autonomie, rigueur, force de proposition, qualité rédactionnelle et maitrise de l’anglais.

Ce travail pluridisciplinaire sera encadré par 3 chercheurs du LBE : E. Trably (DR - HDR, compétence en génie microbioloque, écoingénierie des écosystèmes et écologie microbienne, R. Escudié (DR - HDR, compétence en Génie des Procédés), N. Bernet (DR - HDR, compétence en génie microbiologique). Il impliquera également des Ingénieurs d’ENGIE Lab CRIGEN : C. Richard (PhD – Ingénieure de Recherche Méthanisation), M. Jégoux (Ingénieure de Recherche Hydrogène), M. Juge (Cheffe de projet Biogaz).

Ce doctorat bénéficie du cofinancement du Défi-clé « Hydrogène vert » de la région Occitanie et d’ENGIE. Le démarrage de la thèse est prévu à l’automne 2021.

Contact

Eric Trably – eric.trably@inrae.fr

Renaud Escudié - renaud.escudie@inrae.fr

Charlotte Richard – charlotte.richard@engie.com

Marine Juge – marine.juge@engie.com

Date limite de candidature : 31/05/2021